Nos produits Home-Made sont-ils vraiment irréprochables ? (1) Les tensioactifs

Nos produits Home-Made sont-ils vraiment irréprochables ? (1) Les tensioactifs

Bonjour tout le monde 🙂

Aujourd’hui je vous emmène loin, très loin…

M’étant rendu compte il y a quelques mois que même en passant au home-made, je continuais à utiliser des produits pas top (comme le BTMS, certains tensioactifs, certains conservateurs…), je me suis restreinte à des produits très basiques, et je me suis éloignée de tout ce qui est émulsion et tensioactifs solides au final.
J’ai cherché le meilleur pour moi.
Aujourd’hui je me rend compte de mon égoïsme.
Je cherche cependant toujours le meilleur pour moi, mais aussi pour la terre (parce que quand on dit pour l’environnement on pense généralement à notre environnement proche (pays ou limite continent !), mais moi je veux bien l’environnement au sens de la terre entière 🙂 )
Pourquoi faut-il compromettre ? Je veux les deux, et j’aurais les deux.
Ça ne sera peut être pas facile, mais qui ne tente rien n’a rien 😉

Aujourd’hui je me rends compte, entre autres, que :

  • une émulsion c’est quand même très pratique !! surtout qu’on on n’a pas beaucoup de temps, un baume/gel huileux qu’il faut masser pendant une dizaine de minutes devient très lourd…
  • les tensioactifs liquides (j’utilise principalement les mousse de sucre et de babassu), très doux, ont du mal à enlever un bain d’huile, surtout quand il contient un beurre végétal… et du coup je suis obligée de faire au moins 2 shampoings à chaque fois. Ce n’est pas économique, ni écologique. De plus, certains contiennent de l’huile de palme, et n’étant même pas certifiés bio…

Et aussi le fameux reportage « Produire bio, un business comme les autres » a encore renforcé mes doutes…
Regardez-le 🙂

Je me suis donc fixée un nouvel objectif, plus loin que tous les précédents : réaliser des produits les plus respectueux possible, en me basant sur le cahier des charges Nature & Progrès (consulter le cahier des charges Nature & Progrès en ligne), la mention bio la plus exigeante à ce jour (à ce que je sache). 
Soyons aussi exigeant(e)s avec nous-mêmes qu’avec les industriels 😉
Pour cet effet, il me faut étudier le dit cahier des charges, et essayer de classifier toutes les matières premières que j’utilise. Une expérience que j’ai décidé de partager avec vous 🙂
Ce présent document est cependant le fruit de mon analyse personnelle du cahier des charges Nature & Progrès, et un récapitulatif des différentes informations que j’ai pu trouver sur internet. 
Et n’étant pas une spécialiste du domaine, ça peut donc contenir des erreurs ^_^ si vous vous en apercevez, merci de le signaler 😉
Alors voici le premier épisode : les tensioactifs.
Voici ce qu’en dit le cahier des charges Nature & Progrès :

« La famille des glycols et l’adjonction d’oxyde d’éthylène sont interdits.   Seuls les tensioactifs obtenus par réactions simplesintégralement biodégradables (selon les directives OCDE 301 A-F) sont autorisés : 

  • Alcool cétyl-stéarique, sous réserve de l’origine végétale 
  • APG (= Alkylpolyglucosides), sous réserve de l’origine végétale 
  • Cocobétaïne (sous réserve de la conformité des procédés d’obtention de la partie « bétaïne »)
  • Cocoyl glutamate, sous réserve de l’origine végétale 
  • Esters d’acides aminés végétaux, sous réserve de l’origine végétale 
  • Esters d’alcool gras, sous réserve de l’origine végétale 
  • Lécithine bio (Rappel : ne doit pas dériver d’organismes génétiquement manipulés) »

FÉDÉRATION INTERNATIONALE NATURE & PROGRES. Cahier des charges Cosmétiques Bio écologiques [en ligne]. Version 2013. Disponible sur : http://www.natureetprogres.org/servicepro/sp91.pdf (consulté le 25/07/2014). Page 7

__________________________________________________

Focus avant de commencer : Qu’est ce qu’un tensioactif anionique, cationique, amphotère, ou non ionique ?

Tensioactifs anioniques 

Les tensioactifs anioniques libèrent une charge négative (anion) en solution aqueuse. Ils ont une balance hydrophile/lipophile (HLB) relativement élevée (8 à 18) car ils ont une tendance hydrophile plus marquée. Ils orientent l’émulsion dans le sens H/E, Huile/Eau (si HLB>18 alors détergent).
Parmi ce type de tensioactifs, on peut citer les savons, qui sont des sels d’acides gras, de formule générale RCOOM (R = longue chaîne hydrocarbonée, M = un métal, un alcalin ou une base organique). Selon la nature du groupement M, on distingue les savons alcalins (savons de Na+, K+, NH4+), les savons métalliques (de calcium surtout) et les savons organiques (savon de triéthanolamine par exemple, dont le stéarate de triéthanolamine). On retrouve aussi des dérivés sulfatés (exemples : laurylsulfate de sodium et laurylsulfate de triéthanolamine), très utilisés comme agents émulsionnants ou moussants, et des dérivés sulfonés (exemple : dioctylsufosuccinate de sodium) souvent caractérisés par un fort pouvoir mouillant. Il y a aussi les lipoaminoacides, qui ont une grande similitude avec les lipoaminoacides présents dans l’épiderme, ce qui en fait des tensioactifs « physiologiques », utilisés dans les crèmes, dentifrices, lotions capillaires. 

Tensioactifs cationiques 

Les tensioactifs cationiques libèrent une charge positive (cation) en solution aqueuse. Ce sont généralement des produits azotés (avec un atome d’azote chargé positivement). On peut notamment citer les sels d’ammonium quaternaire : sels d’alkyltrimethylammonium (bromure d’alkyltrimethylammonium), sels d’alkylbenzyldimethylammonium (exemple : chlorure de benzalkonium). Ils ont des propriétés bactériostatiques et émulsionnantes. Ils ont une affinité avec la kératine de la peau ou des cheveux, car chargée négativement ; ils se combinent avec elle pour former un film lisse.On les utilise dans les après-shampoing, les antipelliculaires, certaines teintures, les déodorants. C’est le produit actif des assouplissants textiles en feuilles et liquides (Bounce, Fleecy, …). Ils s’adsorbent à la surface des tissus, les chargeant négativement, réduisant les forces électrostatiques présentes, et par là l’électricité statique présente. Ils rendent les tissus plus souples. Ils sont irritants pour la muqueuse oculaire.Ils ne sont pas compatibles avec les tensioactifs anioniques. 

Tensioactifs zwitterioniques ou amphotères 

Les tensioactifs amphotères contiennent à la fois des groupements acides et basiques. En conséquence, suivant le pH du milieu où ils se trouvent, ils libèrent un ion positif ou un ion négatif : en pH basique, ils se comportent comme des tensioactifs anioniques ;en pH acide, ils se comportent comme des tensioactifs cationiques.Les tensioactifs amphotères ont une HLB élevée ; et sont donc utilisés comme détergents. Moins agressifs que les anioniques, ils sont recommandés pour les peaux fragiles.Il existe différentes classes chimiques de tensioactifs amphotères. On peut notamment citer : les bétaïnes, qui contiennent un groupement ammonium quaternaire et un groupement acide carboxylique (utilisées comme agents moussants et détergents) ; les dérivés de l’imidazoline (moussants et antiseptiques bien tolérés par la peau et les muqueuses, dont la muqueuse oculaire) ;les polypeptides, peu irritants pour la peau (utilisés dans les shampoings, crèmes, laits démaquillants, etc.) ;Ils sont compatibles avec les autres tensioactifs. 

Tensioactifs non ioniques

Leur molécule ne comporte aucune charge nette (ne s’ionise pas dans l’eau). On dit qu’ils comptent parmi les meilleurs détergents. Ils peuvent être classés en fonction de la nature de la liaison entre les parties hydrophile et hydrophobe de la molécule.  

Les tensioactifs non ioniques sont généralement compatibles avec les autres tensioactifs.

Tensioactifs [non ioniques] à liaison ester (R-CO-O-R’)

On peut citer les esters de glycol (exemple : stéarate d’éthylène glycol), les esters de glycérol (exemple : stéarate de glycérol, utilisé comme émulsionnant), les esters de polyoxyethylèneglycol (obtenus par action d’oxyde d’éthylène sur un acide gras ou un mélange d’acides gras), les esters de sorbitane, mais surtout les esters de sorbitane polyoxyéthyléniques, plus couramment appelés Tweens ou polysorbates.

Un agent tensioactif non ionique connu et très fréquemment utilisé en chimie et en biologie est le Tween (Tween 20, 60, 80, etc.) ou ester de sorbitan, mais on utilise aussi des esters de saccharose. Ces membres de la famille des esters de sucre sont constitués d’un groupement osidique hydrophile et d’une chaîne grasse hydrophobe. Les esters de sucre ont plusieurs avantages en tant que tensioactifs :

    • matières premières peu coûteuses et renouvelables ;
    • biodégradabilité complète en aérobiose et en anaérobiose ;
    • molécules ne présentant ni toxicité ni caractère irritant ;
    • absence de goût et d’odeur ;
    • molécule non ionique ;
    • large gamme de structures disponibles.

WIKIPEDIA. Tensioactif.[en ligne].Dernière modification le 06/05/2014. Disponible sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tensioactif (consulté le 25/07/2014).

Pour des informations plus scientifiques : http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doschim/decouv/peau/loupe_familles.html
__________________________________________________

Analysons donc les tensioactifs & émulsifiants qu’on connait et qu’on pense « propres » :

  • Base moussante douceur :

  • Dénomination INCI : 
    • Sodium cocoamphoacetate (non autorisé par le cahier des charges du BDIH et celui de la nouvelle certification NaTrue (2)) ; 
    • Glycerin
    • Lauryl glucoside
    • Sodium cocoyl glutamate (tensioactif parmi les plus doux et les plus coûteux (2))
    • Sodium lauryl glucose carboxylate
Évaluation de la composition de la base moussante douceur sur La vérité sur les Cosmétiques
  • Origine végétale : huiles de coco et palmiste et glucose
  • Type : Mélange de tensioactifs doux amphotères, anioniques et non ioniques
  • L’analyse de la composition n’est pas fini, mais je pense qu’on peut s’arrêter avec une réponse sûre puisque le cahier des charges spécifie également :

« L’huile de palme, ainsi que ses dérivés sont INTERDITS (sauf avis favorable du CCAM après vérification que la filière est réellement équitable et qu’elle respecte les principes agroécologiques, environnementaux, sociaux de la charte Nature & Progrès) « 

FÉDÉRATION INTERNATIONALE NATURE & PROGRES. Cahier des charges Cosmétiques Bio écologiques [en ligne]. Version 2013. Disponible sur : http://www.natureetprogres.org/servicepro/sp91.pdf (consulté le 25/07/2014). Page 3 

En effet, la base moussante douceur n’étant pas du tout certifié BIO par n’importe quel label, on ne peut pas être sûr de la provenance de l’huile de palmiste -> KO
ça reste cependant un tensioactif parmi les plus doux… pour soi.

  • Base moussante consistance :

    • Dénomination INCI : Lauryl glucoside
    • Origine : huile de coco et maïs
    • Type : Tensioactif non ionique
    • Non irritant (3)
    • Mode d’obtention : Obtenu à partir des alcools gras issus de l’huile de coco et du glucose issu du maïs -> Esters d’alcool gras -> OK
Évaluation de la composition de la base moussante consistance sur La vérité sur les Cosmétiques


  • Douceur de coco :

    • En comparant chez deux fournisseurs, je me rends compte qu’ils utilisent le même nom pour deux produits pas tout à fait les mêmes :
      • Fournisseur 1 :
        • Dénomination INCI : 
          • Coco glucoside
          • Glyceryl oleate
        • Origine : huiles de coco, palmiste et tournesol  -> KO
      • Fournisseur 2 :
        • Dénomination INCI : Coco glucoside (accepté par Nature & Progrés)
        • Origine : huile de coco et glucose -> OK
      • Vérifiez donc la composition et l’origine !!
    • Type : tensioactif non ionique 
    • Non irritant (3)

Évaluation de la composition de la douceur de coco sur La vérité sur les Cosmétiques

  • Mousse de sucre :

    • Dénomination INCI : Decyl glucoside
    • Type : Tensioactif non ionique
    • Approuvé par EcoCert
    • Origine végétale : huiles de coco et palmiste, maïs -> KO 🙁

Évaluation de la composition de la mousse de sucre sur La vérité sur les Cosmétiques

Cependant, c’est un des tensioactifs les plus doux (puisque non ionique).
Santé vs environnement ?…

    • Mousse de babassu :

      • Dénomination INCI : Babassuamidopropyl betaïne
      • Type : Tensioactif amphotère (électriquement neutre entre pH 4 et 8) -> sans risque dans cet intervalle (?)
      • Origine végétale : huile de babassu
      • Mode d’obtention : Dérivé des acides gras de l’huile de babassu
      • Structure moléculaire :

      • Procédé de fabrication : pas d’info

    Évaluation de la composition de la mousse de babassu sur La vérité sur les Cosmétiques

    Donc avec les infos actuelles, j’ai envie de mettre un ok (à priori) pour la mousse de babassu.

    • Huile de ricin sulfatée :
      • Le cahier des charges Nature & Progrès l’interdit clairement :

    L’huile de ricin (Sulfated Castor Oil) ayant subit une éthoxylation et une sulfatation est interdite

            -> KO

    • Sodium lauroyl sarcosinate :
      • Dénomination INCI : Sodium lauroyl sarcosinate
      • Origine : végétale (huile de coco) et synthétique (sarcosine)
      • Type : Tensioactif anionique doux
      • Mode d’obtention : Obtenu à partir d’un acide gras naturel (issu de l’huile de Coco) et d’un acide aminé synthétique (sarcosine)
      • Le cahier des charges Nature & Progrès mentionne :

    « Seuls les tensioactifs obtenus par réactions simples, intégralement biodégradables (selon les directives OCDE 301 A-F) sont autorisés : […] • Esters d’acides aminés végétaux, sous réserve de l’origine végétale »

    L’acide aminé composant ce tensioactif est synthétique -> KO
    Cependant, personnellement, je ne rejette pas tout ce qui est synthétique, à moins que ce soit polluant ou mauvais pour la santé.
    Voyons ce qu’il en est de cet acide aminé :

    « La sarcosine est le dérivé N-méthylé de la glycine. C’est un acide aminé naturel présent dans les muscles et d’autres tissus du corps. En laboratoire, elle peut être synthétisée à partir de l’acide chloroacétique et de la méthylamine. La sarcosine se présente comme un intermédiaire naturel dans le métabolisme de la choline en glycine. Elle est douce au goût et soluble dans l’eau. On l’utilise pour la fabrication de tensioactifs biodégradables, de dentifrices et pour d’autres applications. » (6)

    Donc la sarcosine n’est pas mauvaise pour la santé.
    Qu’en est-il de son procédé de fabrication ?

     « synthétisée à partir de l’acide chloroacétique et de la méthylamine »

    L’acide chloroacétique est le dérivé chloré de l’acide acétique dont la synthèse s’effectue en 4 grandes étapes (sans trop de détails de chimiste ^_^ ) (7) :

    • Carbonylation du méthanol
    • Oxydation de l’acétaldéhyde
    • Oxydation de l’éthylène -> KO
    • Synthèse malonique

    En effet, la charte Nature & Progrès mentionne :

    La famille des glycols et l’adjonction d’oxyde d’éthylène sont interdits. 

    L’oxyde d’éthylène est génotoxique, d’où son interdiction. Le Sodium lauroyl sarcosinate est donc sûr en soi (et pour soi surtout) , mais son procédé de fabrication est problématique.

    • Sodium coco-sulfate :

      • Dénomination INCI : Sodium coco-sulfate
      • Origine : Végétale (huile de coco)
      • Composition : dérivés sulfatés des acides gras de l’huile de coco -> KO
      • Type : Tensioactif anionique
      • Classé comme moyennement irritant sur La vérité sur les Cosmétiques (3)
    Évaluation de la composition du SCS sur La vérité sur les Cosmétiques

    • SCI :

      • Dénomination INCI : Sodium cocoyl isethionate
      • Origine : Végétale (huile de coco) et synthétique
      • Type : Tensioactif anionique
      • Composition : Dérivé estérifié des acides gras de l’huile de coco
      • Structure moléculaire : 

      • Non cité dans les listes des produits moyennement irritant ou irritant sur internet, même s’il est cité dans les listes des tensioactifs les plus utilisés (2)
      • N’est pas un sulfate
      • Inclassable dans le cahier des charges Nature & Progrès (1)
      • Non toxique, non allergisant, irritant uniquement pour les yeux, toxique à la vie aquatique mais biodégradable –> sûr pour la santé et l’environnement (4)

      • Procédé de fabrication : réaction entre l’acide chlorhydrique et le sodium isothionate (obtenu lui-même à partir d’une réaction entre le sodium bisulfite et l’oxyde d’éthylène (5) -> KO 🙁

    En effet, la charte Nature & Progrès mentionne :

    « La famille des glycols et l’adjonction d’oxyde d’éthylène sont interdits. »

    L’oxyde d’éthylène est génotoxique, d’où son interdiction. Le SCI est donc sûr en soi, mais son procédé de fabrication pose problème.

    Évaluation de la composition du SCI sur La vérité sur les Cosmétiques

    • SLSA :

      • Dénomination INCI : Sodium lauryl sulfoacetate
      • Origine : Végétale (huile de coco) et synthétique / huile de palme et coco (deux fournisseurs différents)
      • Composition : Dérivé estérifié des acides gras de l’huile de coco
      • Structure moléculaire : 

        • Type : Tensioactif anionique doux, non sulfaté, non éthoxylé
        • Classé comme irritant sur La vérité sur les Cosmétiques (3) 
        • Accepté par Ecocert
        • Non biodégradable (8)
      Évaluation de la composition du SLSA sur La vérité sur les Cosmétiques
      Je ne sais pas pourquoi il est classé comme irritant, mais partout il est dans la même catégorie que le SLS !!

      -> KO

      Conclusion :

      Tensioactif Santé Environnement
      Base moussante douceur
      OK
      KO
      Base moussante consistance
      OK
      OK
      Douceur de coco
      OK
      KO/OK
      (dépend du fournisseur)
      Mousse de sucre
      OK
      KO
      Mousse de babassu
      OK
      OK
      Huile de ricin sulfatée
      OK
      KO
      Sodium lauroyl sarcosinate
      OK
      KO
      SCS
      KO
      KO
      SCI
      OK
      KO
      SLSA
      KO
      KO

      Je vous laisse conclure seul(e)s selon ce que vous recherchez 😉

      Et si vous voyez des erreurs n’hésitez pas à me le signaler !

      Bibliographie :

      (1) FÉDÉRATION INTERNATIONALE NATURE & PROGRES. Cahier des charges Cosmétiques Bio écologiques [en ligne]. Version 2013. Disponible sur : http://www.natureetprogres.org/servicepro/sp91.pdf (consulté le 25/07/2014).
      (2) ENCYCLOECOLO. Tensioactifs. [en ligne]. Disponible sur : http://www.encyclo-ecolo.com/Tensioactifs. (Consulté le 25/07/2014)
      (3) LA VERITE SUR LES COSMETIQUES. Quelles sont les bases lavantes irritantes et lesquelles ne le sont pas. [en ligne]. Disponible sur : http://www.laveritesurlescosmetiques.com/themen2012_08.php. Consulté le 25/0
      (4)  CLARIANT. GPS Product Safety Summary Sodium cocoyl isethionate. [en ligne] Disponible sur : http://www.sud-chemie.com/C12576850036A6E9/377FA550D1A623AFC1257C58004D1427/$FILE/GPS%20Summary%20Report%20Sodium%20cocoyl%20isethionate_final.pdf. (consulté le 26/07/2014)
      (5) SUSAN BARCLAY-NICHOLS. Surfactants: Fatty acid isethionates. [en ligne]. Disponible sur : http://swiftcraftymonkey.blogspot.fr/2010/04/surfactants-fatty-acid-isethionates.html. (Consulté le 26/07/2014).
      (6) WIKIPEDIA. Sarcosine. [en ligne]. Modifié le 16/05/2014. Disponible sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sarcosine. (consulté le 26/07/2014)
      (7) WIKIPEDIA. Acide acétique. [en ligne]. Modifié le 01/06/2014. Disponible sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Acide_ac%C3%A9tique. (consulté le 26/07/2014)
      (8) STEPHANIE GREENWOOD. Sodium Lauryl Sulfoacetate. [en ligne]. Disponible sur : http://chemicaloftheday.squarespace.com/todays-chemical/2012/9/25/sodium-lauryl-sulfoacetate.html. (consulté le 15/08/2014)
      34 Comments
      • Rythme Indigo
        Posted at 21:36h, 26 juillet Répondre

        Un super article et une démarche très intéressante, merci d'avoir partagé!

      • mini-m
        Posted at 17:10h, 27 juillet Répondre

        Très interessant, c'est long mais pour moi ca synthétise beaucoup de chose merci !

      • Cynda Othmani
        Posted at 15:54h, 30 juillet Répondre

        Avec plaisir 🙂 j'essaierai de faire la même démarche pour tous les ingrédients utilisés en HM, et je partagerai aussi 🙂
        A bientôt !

      • Cynda Othmani
        Posted at 15:56h, 30 juillet Répondre

        C'est long parce qu'il y a beaucoup de choses à dire ^_^
        je ne voulais surtout pas dire des choses dans le vent, sans argumenter 😉
        Les prochains ingrédients à étudier sont les émulsifiants, j'espère pouvoir le faire et le partager rapidement 🙂
        A bientôt !

      • Herbio'tiful
        Posted at 13:49h, 11 septembre Répondre

        Merci pour cet article passionnant. ça fait un petit moment que j'ai pris conscience que certains produits Home-Made n'étaient pas terrible et que je suis vigilante. Aujourd'hui, j'essaie de faire simple avec des produits bons pour moi et pour la planète.

      • Cynda Othmani
        Posted at 13:50h, 11 septembre Répondre

        Et oui il faut rester toujours vigilant ! Notre santé et notre planète en ont besoin 😉
        Bonne continuation à toi et à bientôt !

      • Anonyme
        Posted at 18:43h, 11 septembre Répondre

        Bonjour,

        Je tiens a te dire merci , pour cet article.Beaucoup de recherche, et oui notre planète en a besoin tout comme nous. Je suis le même chemin que toi le home made c'est bien, a condition que cela ne devienne pas du commercial avec toujours un ingrédient de plus a proposer encore et encore en oubliant bien sur a force le naturel.Je me met a me faire des crèmes sans émulsifiant a base de palme, ni de dérivé animal en ingrédient.J aimerais bien mettre un lien vers ton blog sur le mien.Merci encore pour cet article , un mine d'or.
        Magali de l échoppe dame nature

      • Cynda Othmani
        Posted at 18:50h, 11 septembre Répondre

        Ton message me fait tellement plaisir Magali *_*
        Mais il ne faut pas rejeter la faute entièrement sur les fournisseurs : les consommatrices/cosméteuses s'embarquent aussi facilement dans le courant "faire comme une pro" en compromettant souvent le naturel et respectueux. J'essaie aussi de bannir l'huile de palme de toute ma consommation, autant alimentaire que cosmétique. Il est partout !! Mais c'est en cherchant qu'on trouve, alors je continue à chercher ^_^
        J'irai faire un tour sur ton blog, et je m'attends déjà à y trouver de bonnes choses ! Et ça me ferait plaisir d'y voir un lien vers mon blog 😉

      • Anonyme
        Posted at 09:03h, 23 septembre Répondre

        alors tous d'abord super bouleau, article bien complet et bien expliqué.

        j'ai cependant une question, dans ton petit tableau de la fin je comprend pas pourquoi le SLSA est " Ko" dans la colonne santé ?
        je suis allé voir la vérité cosmétique et quand on recherche cette ingrédient dans la liste inci, comme notation il y a deux smiley sourire ( donc "bien" comme notation )

      • Cynda Othmani
        Posted at 09:09h, 23 septembre Répondre

        Merci pour ce retour 🙂
        alors effectivement il y a certaines incohérences sur la vérité sur les cosmétiques (mais ça reste un énorme boulot, et un bon départ !) : c'est vrai qu'en faisant la recherche INCI, le SLSA a 2 smileys. Cependant, ils le classent comme irritant (au même niveau que le SLS !!) dans cet article : http://www.laveritesurlescosmetiques.com/themen2012_08.php et si on fait même une recherche simple sur google, plein d'articles qui le classent pareil ressortiront…

      • Atalanta
        Posted at 20:02h, 19 octobre Répondre

        Bravo pour ces recherches extensives. J'avais bien compris que les tensio-actifs, c'était bof, mais ton tableau récapitulatif permet de faire un (large) tri. Je n'ai jamais utilisé de mousse de babassou, mais je pense que je vais essayer.

      • Cynda Othmani
        Posted at 20:05h, 19 octobre Répondre

        Merci ! Ça me fait plaisir que ça soit utile 🙂
        Mes recherches s'étendront bientôt un peu plus : d'autres tensioactifs, et certains bons surtout, sont en vente chez d'autres fournisseurs que je découvre encore 😉
        J'aime bien la mousse de babassu, mais elle ne suffit malheureusement pas toute seule…

      • Atalanta
        Posted at 15:26h, 01 janvier Répondre

        Avec quoi est-ce que tu la combines?

      • Cynda Othmani
        Posted at 15:33h, 01 janvier Répondre

        J'apprécie bien agec la mousse de sucre 🙂

      • genevieve
        Posted at 20:43h, 03 janvier Répondre

        Bonjour, ton article est très intéressant, et c'est un gros travail, merci !
        Je voulais juste revenir dur le SLSA, que tu considères comme "non biodégradable", mais dans la source que tu mentionnes, la personne écrit juste que c'est long à se "biodégrader".
        Je me permet cette remarque car "long à se dégrader", c'est quand même mieux que pas du tout 🙂

      • Cynda Othmani
        Posted at 20:51h, 03 janvier Répondre

        Bonjour Geneviève,
        Merci pour ton retour, et ta remarque 🙂
        Effectivement dans ma source, il est écrit "non considéré comme facilement biodégradable".
        C'est juste que je considère que si c'est trop long c'est comme si ça l'était pas… parce que le plastique aussi est biodégradable dans quelques centaines d'années aussi ^_^ mais c'est mon avis perso, et chacun doit juger par lui même ! Je mettrai à jour l'article dès que possible 😉
        Merci à toi !

      • cleopha
        Posted at 11:11h, 25 mai Répondre

        bonjour et merci pour cet article !
        Très enrichissant ces comparaisons, merci de partager tout ce travail…
        Aurais-tu également un avis sur le tensioactif beta ?
        merci

      • Cynda Othmani
        Posted at 15:48h, 25 mai Répondre

        Coucou 🙂
        Je n'ai malheureusement pas une liste exhaustive, mais j'enrichirai petit à petit 🙂
        tu parles bien du Cocamidopropyl Betaine ?
        Alors une petite recherche rapide donne un tensioactif synthétique, issu de la pétrochimie, mais assez doux (http://www.laveritesurlescosmetiques.com/themen_048_fr.php)
        Mais il faut prendre le temps de creuser ^_^

      • cleopha
        Posted at 20:04h, 25 mai Répondre

        oui c'est bie celui la… je vais creuser la question !!
        merci encore pour tout ce beau travail 😉
        Stephanie

      • Marie Petite
        Posted at 14:31h, 30 décembre Répondre

        Bonjour Cynda. Un grand merci pour cet article qui tombe à point nommé puisque j'avais de mon côté commencé un travail semblable, mais le tien et plus complet et plus fouillé et va bien m'aider à m'orienter dans les TA et émulsifiants que je vais garder. Je suis à l'affût si tu continues avec d'autres actifs ! … 😉

      • Cynda Othmani
        Posted at 15:06h, 30 décembre Répondre

        Merci Marie 🙂 ça fait tellement plaisir de partager !
        Je souhaite vraiment continuer, mais ça prend beaucoup de temps ! Mais ça viendra, reste connectée 😉

      • Anonyme
        Posted at 12:19h, 19 avril Répondre

        merci pour cette étude… travail très long pour toi, mais si enrichissant pour nous!alors, à nos tambouilles tout en respectant notre environnement, avec la Base Consistance, sans oublier la Mousse de Babassu à essayer absolument (pour le côté moussant, même si celui-ci est juste ludique…)

      • Pingback:Le cake vaisselle le plus facile au monde, avec 2 ingrédients et c'est tout ! - Fairy Cosmétik
        Posted at 13:42h, 08 mars Répondre

        […] maison. L’ayant longtemps rejeté car je ne souhaitais pas utiliser les tensioactifs solides (voir pourquoi), j’ai longtemps essayé de le remplacer par le savon ménager 100% coco mais ce […]

      • Pingback:"Le Parfait" : shampoing solide qui convient à tous (ou presque) - Fairy Cosmétik
        Posted at 10:23h, 03 avril Répondre

        […] Je les ai pourtant rejetés pendant quelques années, faute de trouver un tensioactif parfait (lire mon analyse des tensioactifs du fait-maison). Puis j’ai décidé de tolérer le SCI (voir pourquoi), et je me suis lancée dans la […]

      • Damluth
        Posted at 12:48h, 27 avril Répondre

        Bonjour,
        Super article qui m’aide beaucoup, penses tu le compléter si possible ? car il manque les tensioactifs doux GLUCOSIDE et GLUTAMATE …
        As tu des recettes de shampoing avec les tensioactifs que tu conseilles ?
        je me corrige je viens de voir que tu as mis plusieurs recette sur ton blog, le mode recherche est bien utile
        personnellement mon truc c’est les savons à froid que je fais moi même depuis quelques mois mais je cherche une recette shampoing la plus naturelle possible pour ma femme
        Cdt

      • Fairy Cosmétik
        Posted at 13:13h, 27 avril Répondre

        Bonjour et bienvenue 🙂
        Tu as raison, il faudra que je le complète et l’enrichisse, mais je pense aussi à le remettre en forme : car sa longueur démotive beaucoup de personnes aussi !
        Effectivement il y a beaucoup de recettes sur le blog, et un index ne me ferait pas de mal 😉
        Je ne sais pas si tu as lu l’article sur le SCI (https://fairycosmetik.com/2016/01/29/le-sci-et-moi-le-pour-et-le-contre/) qui explique mon changement de position par rapport à ce tensioactif, et qui complète donc cet article.
        Le shampoing le plus naturel possible serait un shampoing pâte fait minute, avec des argiles ou des poudres; Mais il faudra avoir le temps et la patience de le faire. C’est vraiment le mieux !
        N’hésite pas si tu as des questions 😉

      • Damluth
        Posted at 13:29h, 27 avril Répondre

        merci pour le lien de ton article très bien expliqué, effectivement le SCI me tentait mais j’avais beaucoup de doute coté environnement, je vais essayer, mais il est très difficile de trouver des recettes avec moins de 50% de SCI dans le shampoing solide.
        oui je te confirme que ton blog est très riche de beaux article mais ils ne sont pas mis en évidence, il faudrait plusieurs sous menu pour trouver facilement un article.
        je ne crois pas avoir vu de recette savon a froid ? si j’ai bien compris tu en tests mais tu n’en fais pas ?

        • Fairy Cosmétik
          Posted at 13:38h, 27 avril Répondre

          Sur Fairy Cosmétik si 😉 Je dose le SCI entre 45% et 40% en général, au dessous je n’ai pas réussi à obtenir un résultat convaincant.
          Voici ma dernière recette qui me convainc entièrement : https://fairycosmetik.com/2017/04/02/shampoing-solide-polyvalent/, avec 41.5% de SCI, beaucoup de plantes et d’huiles 😉
          Effectivement je n’ai pas (encore de recettes de savon à froid. Je t’avoue que j’en reçois tellement que je n’ai pas eu le temps d’en faire, mais ce weekend j’en ferai 😉
          Je fais fréquemment mon savon ménager (100% coco, surgraissé à 2%, à froid bien sûr) et j’ai déjà essayé une recette de savon shampoing, excellente pour les cheveux courts, catastrophique pour les cheveux longs, comme les miens ^_^

      • Claire
        Posted at 15:24h, 06 juin Répondre

        Bonjour,
        Merci pour cet article très intéressant et très complet!!
        J’ai une question concernant l’achat des tensioactifs. Est ce que ceux vendu sur aroma-zone sont de bonnes qualités ? Si non, ou puis je acheter du SCI de bonne qualité ?
        Merci beaucoup pour votre réponse.

        • Fairy Cosmétik
          Posted at 17:28h, 06 juin Répondre

          Bonjour Claire, et bienvenue ☺
          Tu parles de quels tensioactifs exactement ?
          Personnellement je n’achète plus que le SCI et mousse de babassu, et je me fournis le plus souvent chez aromazone pour ces produits… la qualité est correcte, mais je cherche quand même des alternatives. Il y en a chez dans ma nature, une boutique que j’aime beaucoup, et dans le jardin de lilith aussi !

      • Virginie
        Posted at 01:37h, 10 août Répondre

        Merci pour cet article! Un peu triste de savoir que le SCI n’est pas terrible… Je voulais faire le cake vaisselle & le shampoing solide… j’y réfléchis maintenant… vraiment merci, je vais encore le relire je crois ^^

        • Fairy Cosmétik
          Posted at 06:17h, 10 août Répondre

          Avec plaisor Virginie 😊
          Cet article est toujours d’actualité, mais de mon côté je me suis réconciliée avec le SCI, parce que tout compte fait, je pense qu’il apporte plus de bienvque de risque. Tu peux lire ma réflexion ici : https://fairycosmetik.com/2016/01/29/le-sci-et-moi-le-pour-et-le-contre/

          • Virginie
            Posted at 14:10h, 10 août Répondre

            Je l’ai lu ensuite ^^, en même temps, je me lave peu les cheveux… (vive le no poo ^^) j’ai essayé le liquide vaisselle au savon de marseille, mais il ne dure pas longtemps (mais très bien pour nous et ça nettoie) donc voilà je pense quand même acheter le SCI mais alterner avec le liquide vaisselle que je fais ^^

      • Flo
        Posted at 19:19h, 31 juillet Répondre

        Salut,
        Un immense merci pour cet article très complet, très documenté et argumenté.
        Je suis vraiment ravie de tomber dessus car ma référence ultime, si j’ose dire, en matière de produits sains pour moi et pour l’environnement, c’est le label nature & progrès. Le fait que tu te bases sur leur charte est donc pour moi très très chouette à lire !
        Je suis les mêmes réflexions que toi depuis un bon moment et tente de trouver le juste équilibre entre santé, efficacité et environnement.
        J’utilise le SCI pour mes shampoings solides, comme toi j’ai fait une sorte de paix avec lui.
        Pour mes shampoings liquides, j’utilise exclusivement coco glucoside et decyl glucoside.
        Pour la peau, les deux sont vraiment vraiment safe et ton article me le confirme totalement.
        Pour l’environnement, le coco glucoside est OK, si je te comprends bien, et le decyl glucoside ne l’est pas à cause d’es possibles utilisation de palme. Dis-moi si je t’ai mal lue, surtout, ou mal comprise, on n’est pas à l’abri !
        Pour mes tensioactifs, je me fournis chez Bioflore, or leur site annonce que leur decyl glucoside est issu de la coco et du maïs. Si c’est la vérité, cela signifierait qu’il ne contient aucun dérivé d’huile de palme.
        J’ai donc pour ma part décidé que je l’estimais vraiment acceptable, d’autant plus que pour ma santé il me semble particulièrement adapté.
        J’obtiens quelque chose de très satisfaisant pour mes cheveux en associant ces deux tensioactifs liquides.
        Voilà voilà, je serais contente d’avoir ton avis sur tout ça.
        Encore merci pour ton travail, je m’attaque à lire ton article surle SCI pour voir tes arguments.
        Au plaisir de te lire !

      Post A Comment

      wp-puzzle.com logo

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.